OUVERTURE DU FABLAB "DEFKO AK NIĒP" (Fais le avec les autres), À PARTIR DE FÉVRIER 2014 :

Dans le cadre d’une Ecole des Communs basée sur l’expérimentation artistique, la culture libre et les savoirs partagés, Kër Thiossane met en place, en 2014, au coeur de la capitale dakaroise, un espace de type “fablab”, dédié à la rencontre entre l’innovation numérique, la création et les savoirs traditionnels.
Dans l’espace publique, à une centaine de mètres de Kër Thiossane, ce fablab Defko Ak Yen se veut un espace de mutualisation des savoirs-faire traditionnels et de machines de fabrication et technologies numérique, inscrit dans une démarche d’essaimage de la culture libre.



Situé au pied des immeubles de la Sicap, entre les cantines des artisans et petits commerçants, à côté du centre social avec un pôle de formation des jeunes filles une crèche,.... ce fablab de quartier sera un atelier de fabrication ouvert à tous, aux habitants ainsi qu’aux artisans, aux artistes, aux bricoleurs, bidouilleurs, chercheurs, informaticiens, développeurs, designers...




Ici, la notion de partage et d’enrichissement des biens communs primera. Chacun pourra y venir autant pour apprendre qu’expérimenter, transmettre ses savoirs-faire ou produire.
A travers des partenariats nouveaux entre personnes et structures aux profils fort différents, cet espace Defko Ak Yen explorera le champ de la contribution de l’art et de la culture et des savoirs-faire traditionnels à l’innovation durable par la mise en pratique des concepts de la culture libre.

Une expérience qui essayera de construire collectivement le concept de ce fablab dakarois, en tenant en compte des savoirs faire locaux africains.


Fin 2013, Kër Thiossane a bénéficié pour ce projet du soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie qui lui a permit d’acquérir le matériel nécessaire à ce fablab, mais aussi d’inviter différents experts (3), Olivier Heinry, Camille Bosqué et Claire Williams à venir rencontrer les acteurs locaux et à réfléchir avec notre équipe aussi bien au fonctionnement, qu’aux activités à y mettre en place, pour sa première année.

Carnet de bord de Camille Bosqué :

PDF - 2 Mo

De novembre 2013 à novembre 2014, Koffi Dodji Honou, jusque là manager du Woelab au Togo est en poste à Kër Thiossane, en tant que responsable multimédia, dans le cadre du programme des jeunes volontaires de la Francophonie. C’est lui qui anime le fablab.


Avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie






A partir de 2010, Kër Thiossane à commencé à interroger l’intérêt des Fablabs, hackerspace et autres médialabs sur le continent africain, à l’occasion de rencontres pendant Afropixel et Pixelini (Mali), au cours du projet Rose des Vents Numérique.
Quels sont les enjeux sociaux, éthiques et économiques pour ces structures en Afrique ? Faut il répliquer les même modèles qu’en Europe ou aux Etats-Unis ? Alors que ces structures explosent en Occident, la notion de « Faites le vous même », de bricolage de bidouillage, de récupération et de débrouille n’est elle pas quotidiennement développée par les artisans et les populations en Afrique ?



Pendant la troisième édition du festival Afropixel en mai 2012 intitulée "Biens Communs et savoirs partagés", Kër Thiossane a organisé à un premier atelier “Defko Yaw Rek” (“fais le toi même” en wolof).
Pour ce premier atelier Kër Thiossane a invité le collectif parisien Usinette (usinette.org) à partager avec des artisans et électroniciens, développeurs sénégalais et maliens leur projet d’extrudeuse recycleuse à déchets plastiques.
Description avec photos, jour par jour :

http://usinette.org/projets/broyeuse-extrudeuse-domestique/article/atelier-usinette-ker-thiossane-a


À partir de janvier 2013, régulièrement, des temps d’ateliers ouverts animés par Herman Aguessy, jeune volontaire de la Francophonie, animateur multimédia à Kër Thiossane ont été proposés aux participants de Defkaw Yaw Rek, mais aussi à tous ceux qui souhaitaient s’y joindre pour finaliser l’extrudeuse et travailler à la réalisation d’une imprimante 3D opensource.

...............................